Oboloshca

Ceci est juste un forum test, )
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 38 témoins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
OboloshcaAdminMessages : 34
Date d'inscription : 05/10/2011
MessageSujet: 38 témoins   Mar 7 Fév - 21:37

•• FREDDIE FREEDLOADER ••
feat Patrick Dewaere


    © copyright


      NOM : FREEDLOADER
      PRÉNOM : Freddie
      ÂGE : 32 ans
      RACE : Humain.
      SORTCELIER : Couleur blanche, de puissance raisonnable, semblable au sortcelier moyen.
      FAMILIER : Un lama
      CAMPS : Il hésite...



•• JE ME SOUVIENS DU JOUR OÙ J'AVAIS ÉTÉ BEAU ••


Freddie n'est plus qu'un homme. Vaguant dans son costume trop grand, il marche d'un pas hésitant. Parfois, il part à gauche pour aller à droite et au final il fini au centre. C'est un homme fin, sans rondeurs, il aurait pu être élégant s'il n'avait pas cessé de sourire. Maintenant, il n'a plus que des lèvres. Surplombées d'une moustache qui n'est plus qu'une moustache. Quelque fois, son bras se lève en un geste simple et il porte une cigarette à sa bouche. Soudain, en émane les restes d'un passé. Peut-être prestigieux ? Freddie semble être quelqu'un quand du tabac fend son visage. Par contre, une fois le mégot jeté à terre, il redevient une épave. Son corps caché par cet immense coupe-vent, se dandine sous les nuages. Et de temps en temps, brille l'éclat vert d'une bouteille. Quand il s'assoit et que ces mains retombent sur ses genoux, se dévoilant à notre vue, on les voit fines comme les doigts d'une jeune fille, ses veines ressortaient comme celles sur le front du forgeron. Il disait souvent qu'elles n'étaient pas les siennes et on voulait bien le croire. Puis, il remettait ses mains dans les poches de son trop grand manteau, les dérobant à notre regard écoeuré. Nous le remontions alors sur ses yeux sombres. Plus rien n'y transparait, il a le regard vide, le regard bête. Son âme laisse ses portes closes, et semblable à une statue, il vous regarde. Il sourit pitoyablement. Freddie n'est plus qu'un homme.

•• JE ME SOUVIENS DU JOUR OÙ J'AVAIS ÉTÉ BIEN ••


Freddie... Freddie il hésite. Il ne sait pas, il semble chercher mais ne trouve jamais. Sa voix plate bégaie quand on lui pose une question de plus de 3 syllabes. Il est là, il vous regarde. Puis il sourit, presque rit, et répond. Il répond qu'il ne sait pas. Freddie ne sait jamais. Il ne rit vraiment que rarement, et ses sourires semblent être celui qui resort d'un foyer psychiatrique. Alors il ne sourit pas. Il n'est pas fou, peut-être un peu trop porté sur la bouteille, simplement. Il pense beaucoup, on ne sait pas de quoi, il ne sait pas lui-même. Freddie ne sait jamais. Freddie ce qu'il sait par contre, c'est des histoires. Freddie raconte beaucoup d'histoires. Celle d'un homme qui n'a jamais rien vécu. Celle de la femme sous l'escalier. On ne sait jamais vraiment s'il parle de lui ou vraiment d'eux. Parfois il s'interrompt dans son récit et il pense. Freddie pense beaucoup. Freddie tourne toujours : il pense aux mêmes choses, réfléchis aux même sujets. Parfois... sa perception de l'histoire évolue et la virgule change de place sur sa langue. Freddie avant il avait de l'humour. Il en a toujours, mais il n'a plus le ton qui va avec. Parfois il s'énerve, il crit, pas très fort néanmoins. Il n'a jamais crié et n'en a jamais eu l'occasion. Ses cordes ne sont pas habituées aux hurlements, sa voix reste souvent basse et même un peu trop. Les gens ne l'entendent pas, il est souvent obligé de répéter. Il est un peu minable. Il semble émerger d'un long sommeil. Sa vie ne parait plus qu'être ce point d'émergeance. Freddie a un visage triste mais il ne l'est pas pour autant. Il rêve juste, de quoi on ne sait pas, mais ça le fait sourire alors on aime à penser, qu'il rêve de beaux jours. Freddie n'est pas malheureux, mais il n'est pas heureux non plus. Il stagne sur un point d'interrogation, en en lâchant des milliers derrière lui.

•• JE ME SOUVIENS DU JOUR OÙ J'AVAIS ÉTÉ HEUREUX ••


•• TEST RP ••


Freddie regardait avec insistance les yeux du lama. Il avait peu à peu perdu la connexion de son affilié. Il entendait parfois un cri déchirant dans sa tête. C'était son lama qui pleurait le déclin de son maître. Alors, il souriait et lui disait que tout allait bien. Qu'un jour, ils repenseront ensemble. Cette nuit, ses yeux fixés dans ceux du lama, il regardait l'animal s'agiter comme un cheval fou. Un cri, déchirant, agonisant, long, terriblement long, s'était fait entendre. Freddie comprend que ce n'est pas la détresse de son lama et il se lève. Il enfile un pantalon et sort en tee-shirt, pieds nus. Il avait du mal à se réveiller, la surprise et la peur lui grippait le cerveau. La foule l'emmène, il ne sait où. Des capes grises et des miroirs rouges virevoltent autour d'eux. Freddie a peur. Il aggripe avec l'énergie du désespoir le cou de son lama. Des feux, partout des feux. Des flammes immenses détruisaient les édifices, des cris d'affreuses douleurs explosaient de partout. Tout se perd, tout se mélange, tout s'embrouille. Sur Omois toute entière déferlent des vagues de sang et les étoiles pleurent. Un lourd nuage de fumée s'élève et envahit le ciel. Les lunes disparaissent dans ses poussières. Est ainsi masqué le regard de la voûte céleste. D'en haut, les dieux ne voient plus qu'une noirceur épaisse pendant qu'en bas se joue la scène maîtresse du plus grand théatre macabre d'AutreMonde. De grosses larmes crassent ses joues, son visage se tord en un rictus terrible de frayeur et ses yeux tournent partout comme ceux de l'animal mourrant. Porté par l'animal terrorisé, tous deux s'enfuient vers Eux seuls le sait.
Des choses lui brûlent les bras, des monstres lui mordent les pieds, des chauve-souris lui volent dans les yeux. Il crit, comme si ça pouvaient les faire partir. Le lama s'élance, l'adrénaline lui déchirant les pattes vers les portes de la ville. Ils reçoivent plusieurs jets de magie et nombre de coups mais la peur les fait progresser comme un boulet de canon. Freddie pleurait toujours et arrachait la fourrure de son lama de ses doigts affreux. Son coeur la lui fait à l'envers à l'endroit, son estomac est retenu par ses ganglions et sa tête lui tourne. Il n'a rien à faire ici, à chacun sa guerre et celle-ci n'est pas la sienne.


    CODE : ...

    VOTRE PRÉSENCE : 4/7
    AVEZ-VOUS DÉJÀ RP ? : Oui.
    SI OUI, AVEZ-VOUS DES PROBLÈMES D'ORTHOGRAPHES ? : Je ne pense pas.
    COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM : Par partenariat.
    AVEZ-VOUS LU TOUS LES TARA DUNCAN : Pas le dernier.
    AUTRE REMARQUE (SUR LE FORUM, DEMANDE DE KIT, ETC.) : J'ai toujours eu un partenaire de jeu régulier, avec qui je faisais plusieur RPs, avec qui on s'amusait à faire évoluer les personnages etc. Je suis assez difficile, mais j'aimerais bien m'en trouver un ou une ici aussi.
    Je sais que ça peut paraitre agaçant de trouver absolument partout un nombre incalculable de femmes malheureuses et d'hommes malheureux. En faisant Freddie, je ne sais plus vraiment à quoi je pensais quand j'ai commencé à l'élaborer mais il fallait qu'il ait ce caractère, cette tristesse. Si je voulais respecter cette chose sur laquelle j'ai pensé à ce moment, il fallait qu'il ait cette décadence. Hélas, je ne me souviens plus de cette chose.

    Hum... qui voudrai(ent) inaugurer mon premier RP une fois que je serai validée ?



Dernière édition par Oboloshca le Mar 14 Fév - 11:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oboloshca.forumgratuit.org
OboloshcaAdminMessages : 34
Date d'inscription : 05/10/2011
MessageSujet: Re: 38 témoins   Mar 14 Fév - 23:09

Freddie Freeloader

Welcome to the OC, bitch.
featuring "Patrick Dewaere"

NOM : Freeloader.
PRÉNOMS : Freddie.
DATE DE NAISSANCE : 26/01/1947.
NATIONALITÉ : Américaine.
ORIGINES : Américaine.
ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel.
STATUT : Célibataire.
EMPLOI : Epicier.
CARACTÈRE : écrire ici.
J'AIME : écrire ici.
JE DÉTESTE : écrire ici.
GROUPE : Dumb.
ETAT DE FICHE : écrire ici.

My fucking story

« La présentation est une étape importante, même lorsque l'on reprend un personnage déjà joué. Elle se fera sur une durée maximum d'une semaine, sauf fiche bien avancée. Vous devrez vous relire, si cela pose problème : terminus, tout l'monde descend. Non plus sérieusement, ne bâclez pas cette présentation. A rédiger sous Word/Works de préférence, nous demandons un minimum de 800 mots, ne rajoutez rien qui déforme le modèle s'il vous plait et sinon pour le reste carte blanche. Ou presque! Bonne chance à vous et bon courage, n'oubliez pas de nous poser des questions. Oh et prenez votre mal en patience, lorsque votre fiche est finie : indiquez-le en titre, faites un double-post si nécessaire, prévenez dans le sujet concerné mais n'envoyez surtout pas de MP pour nous en avertir, on risquerait de trainer volontairement sur votre validation. Rien de plus énervant, donc on a aussi notre vie. Merci. »

Behind the screen

UC
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://oboloshca.forumgratuit.org
 

38 témoins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Interdire l'accès à un sujet au moins de 18 ans
» Le meilleur choix entre plus de mémoire ou moins mais plus rapide ?
» Interdire son forum aux moins de 15 ans
» Créer une image avec une opacité plus ou moins réduite
» cathégorie moins de 18 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oboloshca :: Le Beau :: Murakami-